14 Avril 2021

Amplifon Insight : Analyse technique des limites de la Classe 1

Les travaux menés par les audioprothésistes experts de la CoTech d’Amplifon montrent les limites des aides auditives de Classe 1. Pour certains patients, les options proposées par cette classe se révèlent insuffisantes. Amplifon vous explique pourquoi.

Par Amplifon
Amplifon reseau d audioprothesistes

Le reste-à-charge 0 € constitue un changement majeur. Si cette réforme permet de rendre accessible à tous l’appareillage auditif, elle intègre aussi un biais « économique » nouveau dans le choix de la solution auditive : à 0 €, la Classe 1 a en effet un pouvoir d’attraction particulièrement fort susceptible d’influencer le choix d’appareillage du patient (et ce, même si le reste-à-charge moyen en Classe 2 a nettement diminué1).

Pour évaluer le risque de dégradation de la prise en charge qu’une telle évolution représente, la Commission Technique Amplifon (CoTech – lire l'encadré) a mené une analyse objective des profils de patients ayant besoin d’une technologie de classe 2 pour être appareillés de manière satisfaisante. En définissant les besoins complexes des patients qui nécessitent une technologie supérieure, notre approche est complémentaire de celle de la CNEDiMTS2, qui a défini les pathologies complexes (troubles centraux, neuropathies, acouphènes, surdités sévères).

La CoTech a pour cela commencé son analyse par une évaluation comparée des Classes 1 et 2 permettant de référencer l’ensemble des limites technologiques de la Classe 1. Elle a ensuite identifié les besoins audiologiques auxquels ces limites ne permettent pas de répondre efficacement. Elle a enfin défini les typologies de patients auxquels ces besoins correspondent et qui nécessitent par conséquent un appareillage auditif de Classe 2. Les résultats de cette analyse sont détaillés dans le tableau ci-dessous.

On y retrouve des profils de patients (acouphéniques, cophotiques…) identifiés dans l’analyse de la CNEDiMTS. L’approche de la CoTech Amplifon a permis d’identifier d’autres populations nécessitant un appareillage de Classe 2 : surdités asymétriques, surdités « en pente de ski » et patients avec une intelligibilité dans le bruit fortement dégradée (RSB + 6 dB vs norme).

Cette dernière catégorie est la plus importante des populations caractérisées. Elle représente plus de 35 % de la population totale (cf. tableau Rapport signal sur bruit par niveau de perte tonale). Elle intègre une très large majorité des surdités sévères et profondes déjà identifiées par la CNEDiMTS, mais aussi 10 % des pertes légères et plus de 40 % des surdités entre 40 et 60 dB. Elle illustre l’importance de la vocale dans le bruit en bilan d'orientation prothétique et sa complémentarité avec les audiométries tonale et vocale dans le silence.

Ce travail illustre le double apport de la Cotech Amplifon : l’analyse des technologies (par classe, gamme et fabricant) accompagne l’audioprothésiste dans le choix de la meilleure solution pour chaque patient. Elle détermine également les éléments indispensables à l’évaluation fine des besoins du patient et permet d’optimiser nos protocoles de tests. Dans le cas de l’analyse Classe 1 vs Classe 2, le travail de la CoTech a le mérite d’objectiver les limites des produits du panier 100 % Santé et de remettre le patient au cœur de la réflexion.

Tableau2

Tableau 1

Offres d'emploiby Audiorecrut

Responsables Audioprothèse

Prévifrance Services Santé

Toutes les offres d'emploi

Newsletter

Newsletter

La newsletter Audiologie Demain,

le plus sûr moyen de ne jamais rater les infos essentielles de votre secteur...

Je m'inscris