01 Juillet 2021

Bimodalité universelle avec MED-EL

Une véritable audition bimodale : implants cochléaires MED-EL et prothèses auditives

Par MED-EL
medel bimodalite

Pour une personne présentant une perte auditive, cela peut prendre des années avant de trouver la bonne prothèse auditive. Il en existe de très nombreuses, avec différentes formes, caractéristiques et paramètres de réglage.

Pour les candidats à l’implant cochléaire, c’est un point important à prendre en considération. En effet, beaucoup d’implantés cochléaires unilatéraux continuent d’utiliser une prothèse auditive sur l’oreille controlatérale. Pour ces utilisateurs bimodaux, trouver la bonne prothèse auditive a probablement été un long processus.

Et même avec la bonne aide auditive, les modifications du taux de compression ou de la réponse en fréquence peuvent affecter considérablement les performances auditives. Ainsi, si une personne trouve la prothèse auditive qui correspond parfaitement à ses besoins, pourquoi devrait-elle soudainement en changer pour l’utiliser en solution bimodale ?

Les implants cochléaires MED-EL sont conçus pour fournir une performance auditive bimodale exceptionnelle, avec n’importe quelle marque et modèle de prothèse. La philosophie du fabricant autrichien de délivrer une audition la plus proche possible de l’audition naturelle offre une compatibilité de ses systèmes avec toutes les prothèses auditives1. MED-EL n’étant pas lié à une marque spécifi que d’aides auditives, les professionnels et les utilisateurs sont libres de choisir la prothèse auditive qui conviendra le mieux.

Outre une compatibilité universelle, la bimodalité MED-EL offre beaucoup d’autres avantages :

Taux de compression et croissance naturelle de la sonie

Lorsqu’on parle de bimodalité, il est primordial de prendre en compte les différences entre le codage du son spécifique d’un implant cochléaire et celui d’une prothèse auditive. Par exemple, si un implant cochléaire fournit un taux de compression de 12:1 sur le contrôle automatique du gain (AGC), cela engendre un sérieux décalage avec le taux de compression AGC standard d’une prothèse de 2:1. Ce décalage provoque des croissances de la sonie (force sonore ressentie) totalement asymétriques entre les deux oreilles et réduit significativement les performances auditives7,8.

La correspondance entre les deux ne doit donc pas être un avantage exclusif, mais une nécessité universelle. C’est pourquoi il est essentiel d’avoir des taux de compression similaires entre la prothèse auditive et le processeur d’implant cochléaire afin de profiter réellement de tous les avantages de la bimodalité. C’est le cas de MED-EL avec un taux de compression ajustable standard de 3:1 - très proche de celui des prothèses auditives. Cela offre à l’utilisateur une augmentation naturelle du volume synchronisée entre les deux oreilles : les sons sont plus doux et les sons forts plus confortables. Cette technique permet d’associer très facilement un processeur d’implant cochléaire MED-EL avec quasiment n’importe qu’elle prothèse auditive – un équilibrage de routine de l’intensité sonore est généralement le seul paramètre de réglage nécessaire à la bimodalité.

Streaming bimodal

La connectivité peut être une caractéristique non négligeable pour beaucoup de patients. Ils souhaitent pouvoir diffuser le son de leurs téléphones, tablettes, TV et plus encore. Les nombreuses options de connectivité proposées par MED-EL - dont le streaming direct synchronisé avec les deux appareils - sont simples à utiliser, abordables, et largement compatibles avec les prothèses auditives.

Correspondance naturelle en fréquence

En règle générale, une prothèse auditive propose une plage naturelle de fréquences sonores – approximativement 100 Hz à 8000 Hz. Cette large plage naturelle de fréquences est importante, puisque les basses fréquences fournissent une qualité sonore plus riche, et les hautes fréquences sont nécessaires à la compréhension de la parole. En écoute bimodale, il y a généralement deux méthodes pour fournir cette plage de hautes à basses fréquences11 :

  • L’intégration complémentaire : le spectre fréquentiel est divisé entre les deux oreilles
  • L’intégration redondante : large spectre sonore délivré dans les deux oreilles. Ce qui détermine si une écoute bimodale est principalement complémentaire ou redondante est la longueur du porte-électrodes et le codage tonotopique.

medel publi

Codage tonotopique

La cochlée est agencée de manière tonotopique, avec les hautes fréquences situées dans le tour basal et les basses fréquences plus loin dans la zone apicale. Seul un porte-électrodes adapté à la taille de la cochlée peut atteindre de manière fi able la zone des basses fréquences située à l’apex. MED-EL propose des porte-électrodes adaptés à la taille de la cochlée des patients qui permettent un placement tonotopique naturel, d’approximativement 8 000 Hz à 100 Hz. Cela offre une perception beaucoup plus naturelle sur une large plage de fréquence12,13,14. Ce placement tonotopique naturel est unique à MED-EL. L’utilisation d’un porte-électrodes non adapté à la longueur du conduit cochléaire ne permettrait pas d’atteindre les zones plus profondes de la cochlée pour offrir une perception naturelle des basses fréquences12,13,14,15 : l’électrode apicale ne pourrait pas atteindre un emplacement tonotopique de plus de 600-800 Hz. Si un porte-électrodes ne peut atteindre l’apex sur le second tour, les hauteurs (pitch) basses à moyennes ne peuvent pas être cartographiés naturellement. Il ne suffi t pas de compter sur l’adaptation neuronale pour corriger ce décalage tonotopique – même une correction partielle pourrait prendre des années. Tenter de cartographier des fréquences plus basses dans des zones moins profondes de la cochlée entraînerait très probablement une discordance de pitch significative entre l’aide auditive et l’implant cochléaire12,13,14,15. C’est pourquoi une prothèse auditive peut être utilisée pour combler ce manque dans les basses fréquences. Il s’agit d’une intégration complémentaire. Cette approche repose sur le concept d’une prothèse auditive fournissant des basses fréquences sur une oreille (~100–750Hz), et un implant cochléaire fournissant des hautes fréquences sur l’autre oreille (~750–8000Hz)11. Le but étant de permettre la compréhension de la parole par l’implant cochléaire, et d’offrir la « richesse » et la « profondeur » des basses fréquences via la prothèse auditive. Seule une plage fréquentielle limitée du signal sonore atteint chaque oreille, de sorte qu’une intégration complémentaire peut nécessiter un traitement auditif central supplémentaire pour trier les informations16,17,18. De plus, une stratégie d’intégration complémentaire peut nécessiter de re-paramétrer la prothèse auditive pour déplacer la courbe de réponse fréquentielle vers les basses fréquences7. Pour les utilisateurs bimodaux satisfaits avec le programme actuel de leur prothèse auditive, déplacer la courbe de réponse fréquentielle ou d’autres paramètres de réglage pourrait être perturbant. Les prothèses auditives ne sont généralement pas paramétrées pour « exagérer » les basses fréquences. Cela pourrait induire de paramétrer la prothèse d’une certaine manière qui réduirait les performances auditives dans cette oreille7.

MED-EL utilise une autre approche : l’intégration redondante Lorsqu’une plage de fréquences plus large et plus naturelle est fournie aux deux oreilles, un patient peut bénéfi cier d’une intégration dite redondante. L’entrée sonore aux deux oreilles est plus complète, et peut fournir au cerveau des informations plus robustes et plus complètes à partir de chaque oreille18. Avec une stratégie redondante, l’implant cochléaire et l’aide auditive sont tous deux adaptés pour fournir indépendamment une gamme naturelle de sons d’environ 100 Hz à 8000 Hz. De cette façon, les deux oreilles bénéfi cient d’un large recoupement d’informations sur les fréquences correspondantes18. Avec des porte-électrodes adaptés à la taille de la cochlée, les implants MED-EL peuvent offrir une intégration redondante sur un large spectre sonore pour les utilisateurs bimodaux. Cela permet de fournir une excellente compréhension de la parole, tout en bénéfi ciant d’une hauteur naturelle fournie par l’aide auditive. Cela permet également de paramétrer indépendamment la prothèse auditive afi n de bénéfi cier des meilleurs résultats sur l’oreille non-implantée, plutôt que de simplement amplifi er les basses fréquences. Même pour les patients souffrant de perte auditive sur les hautes fréquences, l’intégration redondante a des avantages fondamentaux. L’implant cochléaire peut toujours fournir des informations redondantes utiles à moyennes et basses fréquences. Les bénéfi ces d’une audition avec deux oreilles sont importants :

  • La sommation binaurale : entendre avec deux oreilles permet d’obtenir un signal sonore plus fort et plus robuste pour le cerveau. Cela offre une amélioration d’écoute de 1-2 dB RSB dans le bruit chez les implantés cochléaires bilatéraux comme chez les normo-entendants et peut réduire l’effort d’écoute en général19,20,21,22,23.
  • Effet Squelch : en comparant les sons reçus dans les deux oreilles, le traitement auditif central du cerveau peut améliorer la qualité d’un son et fi ltrer le bruit. Ce process utilise principalement les informations redondantes du son telles qu’elles sont reçues par les deux oreilles. Chez les normo-entendants, même une oreille qui entend principalement du bruit bénéfi ciera quand même d’une amélioration d’environ 3 dB RSB, car l’écoute binaurale fournit un signal sonore plus riche pour le traitement auditif19,24.
  • Différences temporelles interaurales (ITD) : si une source sonore n’est pas directement située en face de l’auditeur, elle atteindra les oreilles avec une fraction de seconde de différence. Ces différences temporelles interaurales peuvent fournir des indices de localisation pour les auditeurs binauraux. Sans les informations fréquentielles et temporelles précises des basses fréquences dans une audition binaurales, ces informations de localisation peuvent être perdues19,25.
  • Différences de niveau interaural (ILD) : Semblables aux ITD, les ILD utilisent une comparaison des informations sonores entre les oreilles. Lorsque les ondes sonores passent d’un côté à l’autre de la tête, les fréquences moyennes à hautes sont masquées par la tête. Cela créé une différence de niveau interaural qui peut fournir des informations essentielles sur la localisation. Si une prothèse auditive ne fournit que des basses fréquences ou a un fort taux de compression AGC, ces indices de localisation peuvent être perdus19,25.

Offres d'emploiby Audiorecrut

  • CDI à temps complet
  • 86 - Vienne, 79 - Deux-Sèvres, 64 - Pyrénées-Atlantiques, 47 - Lot-et-Garonne, 40 - Landes, 33 - Gironde, 24 - Dordogne, 23 - Creuse, 19 - Corrèze, 17 - Charente-Maritime, 16 - Charente, 87 - Haute-Vienne

Toutes les offres d'emploi

Newsletter

Newsletter

La newsletter Audiologie Demain,

le plus sûr moyen de ne jamais rater les infos essentielles de votre secteur...

Je m'inscris