15 août 2020

Covid-19 et audition : des preuves peu solides

Le SARS-CoV-2, virus responsable de la Covid, affecte-t-il l’audition ? Rien n’est moins sûr. Deux études indiquent que c’est une possibilité, mais le niveau de preuve est faible. À prendre avec des pincettes...

Par Bruno Scala
covid audition

Les études sur la Covid-19 se multiplient (plus de 36 000 publications recensées sur Pubmed, contre moins de 12 000 pour tinnitus, toutes années confondues...). Les scientifiques cherchent notamment à identifier les comorbidités de cette maladie. Parmi les candidats : la perte d'audition. Au moins un autre sens – l’odorat – est touché par le coronavirus. Alors pourquoi pas l'audition ? D’autant que d’autres virus, comme ceux de la rougeole et de la méningite, affectent les capacités auditives. De plus, il existe un lien entre les neuropathies auditives et le syndrome Guillain-Barré, lui-même lié au SARS-CoV-2. Autre indice plaidant en faveur d’un lien entre audition et Covid-19 : des chirurgiens de la Johns Hopkins School of Medicine ont isolé le coronavirus dans la mastoïde et dans l’oreille moyenne de deux patients1.

Les cellules ciliées touchées ? 

Selon deux publications récentes, il est possible que la Covid affecte le système auditif. La première2 a été réalisée par Mohammed Mustafa, de l’université de la Vallée du Sud (Égypte), sur un échantillon de 20 patients ayant été testés positifs à la Covid-19 mais ne présentant aucun des symptômes connus (forme asymptomatique). L’ORL égyptien a conduit des tests audiométriques et les résultats montrent que, par rapport à des sujets ne souffrant pas de trouble de l’audition, les patients Covid+ affichent des seuils plus bas sur les hautes fréquences en audiométrie tonale, ainsi que des otoémissions évoquées de plus faible amplitude, traduisant une atteinte des cellules ciliées externes. Le lien causal n’est toutefois pas établi.

La seconde publication3 est l’œuvre du Centre pour l'audiologie et la surdité de Manchester. Les chercheurs y rapportent les évaluations qu’ils ont effectuées sur 121 patients admis à l’hôpital de Manchester pour des formes sévères de Covid. Seize d’entre eux, soit 13 %, déclaraient avoir noté une détérioration de leurs capacités auditives ou l’apparition/aggravation d'acouphènes. Si les auteurs se disent confiants en ce qui concerne la fiabilité de ces déclarations, ils indiquent néanmoins que ces résultats doivent être interprétés avec prudence. En effet, ici non plus, la causalité n’est pas démontrée. Il se peut, par exemple, qu’une baisse des capacités auditives soit en fait le reflet d’une moindre compréhension due au port du masque qui altère la voix des interlocuteurs. 

En outre, ces 121 patients anglais ont souffert de formes graves et ont donc reçu des traitements lourds, qui pourraient être à l’origine de la détérioration de l’audition. Le virus ne serait donc pas directement en cause. Une équipe de l’université de Washington a d’ailleurs montré que la chloroquine et l’hydroxychloroquine affectent les cellules ciliées du poisson-zèbre et de la souris4.

Une causalité compliquée à prouver

Des études plus approfondies sont donc nécessaires pour conclure sur un lien causal. Mais elles ne seront pas simples à mettre en place. « Si on inclut des personnes ayant eu des formes graves, il y a d'emblée le problème des effets confondants des traitements reçus, dont on a vu qu'ils étaient très hétéroclites et, certains, très agressifs, sans oublier les passages éventuels en soins intensifs, auquel il faut ajouter le fait que les formes graves ont surtout touché des patients pluripathologiques graves avec diabète et troubles circulatoires, rénaux et respiratoires, explique le Pr Paul Avan, de l'université Clermont Auvergne. Si on n'inclut que des patients ayant eu des formes non graves, la plupart des sujets, à mon avis, ne savent pas s'ils ont eu la Covid ou une grippe, puisqu'il n'y avait pas de tests au plus fort de l'épidémie ! Et parmi les témoins, qui sait si on ne va pas inclure d'anciens patients totalement asymptomatiques, voire des sujets infectés dans le passé par d'autres coronavirus et ayant développé une immunité croisée, dont on ne sait rien. » Bref, il n’est pas certain qu’il soit possible d’obtenir des preuves irréfutables dans un avenir proche.

Newsletter

Newsletter

La newsletter Audiologie Demain,

le plus sûr moyen de ne jamais rater les infos essentielles de votre secteur...

Je m'inscris