12 novembre 2020

La grogne des étudiants en audioprothèse face aux « pratiques inacceptables de certaines enseignes »

La Fédération nationale des étudiants en audioprothèse (Fnéa) dénonce, dans un communiqué publié le 9 novembre, le développement de « formations au rabais » et tire la sonnette d'alarme face à un certain nombre de « dérives ».

Par Ludivine Aubin-Karpinski et Bruno Scala
AdobeStock_htpix

Elle s’était déjà émue en mars 2020 de l’augmentation des formations préparant au diplôme espagnol d’audioprothésiste et mettait en garde les pouvoirs publics contre « une formation au rabais ». La Fnéa monte de nouveau au créneau et fustige, dans un communiqué diffusé le 9 novembre, les « pratiques inacceptables de certaines enseignes succursalistes », qui, selon elle, offriraient « des parcours de formation alternatifs au Diplôme d’État délivrés par des sociétés à vocation strictement pécuniaire ». Ces parcours, estime-t-elle, « ne permettent pas d'acquérir les compétences suffisantes à l’exercice de l’audioprothèse et sont donc dangereux pour la prise en charge des patients appareillés ».

Ces sociétés que la Fnéa ne nomment pas, ce sont notamment Diploma audio et Progress Santé. Elles proposent, en partenariat avec des écoles espagnoles, de suivre la formation hispanique à distance et en accéléré. Mais selon le CNA et la Fnéa, ce procédé met en péril la qualité de la formation des audioprothésistes en France. En suivant la formation en accéléré et à distance, les étudiants ne bénéficieraient pas du même bagage. Ce que Diploma réfute.

Selon la Fnéa, certaines enseignes financeraient de telles formations à des membres de leurs réseaux, des assistants ou techniciens par exemple. Si la Fnéa déplore une formation « au rabais », elle pointe aussi du doigt ce qu’elle estime être un contournement du numerus clausus.

Dans son communiqué, la Fnéa demande ainsi l’arrêt immédiat de ces dérives et en appelle à la « responsabilité » des étudiants et des professionnels : « Soyez les garants de l’évolution vertueuse de votre profession ». Avant d’indiquer qu’elle en « viendrait à mettre un terme » à ses partenariats avec les enseignes qui poursuivraient dans cette voie.

Newsletter

Newsletter

La newsletter Audiologie Demain,

le plus sûr moyen de ne jamais rater les infos essentielles de votre secteur...

Je m'inscris