Le vilevolodon laisse planer le doute sur l’origine des Mammifères

Un fossile découvert en Chine apporte de nouveaux éléments concernant l’émergence des Mammifères au cours de l’évolution. L’anatomie de son oreille moyenne l’inclurait en effet dans cette classe, ce qui mettrait fin à un débat animant la communauté des taxonomistes.

Par Bruno Scala
Vilevolodon

Le vilevolodon est un petit animal ressemblant à un écureuil, qui vivait au Jurassique, il y a 160 millions d’années (en même temps que des dinosaures). L’une de ses particularités est de disposer de membranes de peau reliant ses membres (patagium), lui permettant de planer, à la manière d’un écureuil volant. D’ailleurs, vilevol signifie planeur en latin (et le suffixe grec don signifie dents). Il s’agit vraisemblablement du premier mammifère volant. La description du vilevolodon a été réalisée pour la première fois en 20171, grâce à un fossile découvert dans la formation de Tiaojishan, au nord-est de Pékin, en Chine. L’espèce a été baptisée Vilevolodon diplomylos.

Oreille interne préservée

Une autre particularité de cet animal, et non des moindres, réside dans l’anatomie de son oreille moyenne. C’est en effet ce qu’ont pu constater récemment des chercheurs de l’université du Yunnan, en Chine, en analysant un autre fossile2, découvert au même endroit que le premier ayant servi à décrire l’espèce (l’holotype). Ces caractéristiques n’avaient pas pu être observées sur ce dernier, cette partie du fossile étant mal conservée. Mais le deuxième spécimen est bien mieux préservé, notamment au niveau de la mâchoire. Mieux : légèrement en retrait de la mâchoire inférieure, les paléontologues ont observé des petites structures. À l’œil nu, ils ont bien cru reconnaître les osselets, et les images obtenues par tomodensitométrie ont levé leurs derniers doutes : il s’agissait bien de l’enclume, du marteau et de l’ectotympanique. Or ces détails se révèlent d’une importance capitale en ce qui concerne l’évolution des Mammifères.

Les osselets résolvent une énigme

En effet, le vilevolodon appartient à un groupe appelé Haramiyida (ou Euharamiyida). Ce dernier est à l’origine de bien des controverses dans le milieu des taxonomistes : certains considèrent qu’il appartient à la classe des Mammifères tandis que d’autres l’en excluent. Et l’anatomie des osselets pourrait bien mettre un terme à cette discorde. Car le détachement des osselets de la mâchoire inférieure est une caractéristique exclusive des Mammifères. Chez leurs ancêtres, ces os y étaient soudés : le marteau et l’enclume, ainsi que l’ectotympanique, le cartilage de Meckel et la mandibule ne formaient qu’un. Les osselets avaient ainsi une double fonction : ils servaient à la mastication et à l’audition.

Progressivement, chez certains mammifères, ces os se sont détachés : les osselets et l’ectotympanique étaient reliés à la mandibule grâce au cartilage de Meckel. Enfin, plus tard au cours de l’évolution, les osselets et l’ectotympanique se sont complètement désolidarisés de la mâchoire. Les osselets ne servaient alors que pour l’audition. Ce processus de détachement s’est d’ailleurs produit au moins trois fois au cours de l’évolution des Mammifères et ce, de façon indépendante.

30 millions d’années d’écart

Ainsi, les paléontologues décrivent trois stades : attaché, transitoire et détaché. Le fossile récemment découvert présente une anatomie qui relève clairement du troisième stade. La structure est ainsi bien similaire à celle d’un autre groupe d’animaux, les monotrèmes, dont les représentants actuels les plus connus sont les ornithorynques, et qui appartiennent à la classe des Mammifères. Ainsi, il ne fait aucun doute pour les chercheurs de l’université du Yunnan que le vilevolodon et sa famille (Haramiyida) doivent bien être inclus dans cette classe.

L’énigme est donc résolue et l’histoire pourrait s’arrêter là. Mais cette découverte implique un autre changement majeur : il place l’origine des Mammifères bien en amont de ce que la communauté scientifique supposait jusqu’à présent. En effet, les Haramiyida sont désormais considérés comme tels. Or, leurs premiers représentants sont apparus il y a au moins 215 millions d’années, au cours du Trias supérieur, tandis que certains auteurs situent l’émergence des Mammifères quelque 30 millions d’années plus tard.

Il serait néanmoins précipité d’arrêter définitivement cette date : la grande quantité de fossiles découverts dans cette formation chinoise va tôt ou tard rebattre les cartes et déplacer à nouveau le curseur. Et, comme à chaque fois concernant la classification des Mammifères, l’anatomie de l’oreille moyenne sera un élément déterminant.

Offres d'emploiby Audiorecrut

Toutes les offres d'emploi

Newsletter

Newsletter

La newsletter Audiologie Demain,

le plus sûr moyen de ne jamais rater les infos essentielles de votre secteur...

Je m'inscris