25 septembre 2020

SDA et Unéo : un accord sous le signe de la qualité

Le Syndicat des audioprothésistes (SDA) et la mutuelle Unéo viennent d’annoncer la signature d’un accord pour une meilleure prise en charge des troubles de l’audition des militaires. Une première contractualisation directe, sans l’intermédiaire d’un réseau de soins, sur la base de critères qualitatifs et non tarifaires.

Par Ludivine Aubin-Karpinski
SDA Uneo

Annoncé le 22 septembre, l’accord signé entre le Syndicat des audioprothésistes (SDA) et l’Unéo, mutuelle de la Défense et deuxième de la fonction publique, vise à proposer un accompagnement spécifique des militaires, population particulièrement exposée au bruit et sujette à « une traumatologie beaucoup plus fréquente que dans la population civile en raison des conditions d’exercice du métier ». Ce partenariat crée un précédent, une première marche vers la « contractualisation nationale directe entre les complémentaires santé et les audioprothésistes », souhaitée par le SDA dès janvier 2019 1.

Une charte diffusée par l’Unéo auprès de ses adhérents

L’accord avec l’Unéo s’appuie sur un document, le « Guide des conditions de vie spécifiques et la santé auditive des militaires et de leur famille », et se matérialise au travers d’une charte « Engagé aux côtés d’Unéo », visible chez les audioprothésistes partenaires. Les audioprothésistes du SDA « qui le souhaitent », s’engagent ainsi à renforcer leur accompagnement auprès de la population protégée Unéo au travers d’un repérage adapté à la population spécifique des militaires pour la prise de rendez-vous chez un ORL, d’une éventuelle formation à la prise en charge de traumatismes sonores, de la réalisation d'actions d'information et de sensibilisation au déficit auditif… En contrepartie, l’Unéo communiquera au travers de ses publications auprès de ses adhérents sur la charte, qui jouera ainsi le rôle de repère pour la délivrance de soins spécifiques à la population protégée Unéo.

Pas de grille tarifaire mais des critères qualitatifs

L’accord ne comporte pas de grille tarifaire mais repose uniquement sur des critères qualitatifs, ceux d’une prise en charge adaptée à une patientèle spécifique, quelle que soit la classe des appareils choisis, avec l’accès au panier 100 % Santé (sans reste à charge en 2021) pour les patients qui le souhaitent, et une fixation des prix de classe II avec « tact et mesure », « tels que l’imposent les règles de bonnes pratiques de notre profession », précise Luis Godinho, président du SDA. Et de rappeler : « La classe II est une offre “à prix encadrés”. Dans ce sens, si le prix médian de vente sur le marché libre dépasse 1 600 €, les pouvoirs publics imposeront également un prix limite de vente pour la classe II... »

Une première contractualisation “directe”

L’accord sera mis en place dès octobre 2020 dans 15 villes concentrant une forte population de militaires actifs ou d’adhérents de plus de 65 ans : Brest, Bordeaux, Cherbourg, Draguignan, Hyères, La Seyne-sur-Mer, Lorient, Lyon, Marseille, Metz, Mont-de-Marsan, Paris, Toulon, Toulouse et Versailles. Il sera ensuite déployé progressivement à l’échelle nationale courant 2021. Pour le SDA, il s’agit d’un « modèle à suivre » et ce, à l’heure où les pouvoirs publics travaillent à la mise en place d’un tiers-payant simple et généralisé. Le 100 % Santé a commencé de rebattre les cartes : selon une dépêche de l’AEF datée du 22 septembre, l’Unéo aurait décidé de mettre fin à son utilisation du réseau auditif de Santéclair…

1unsaf.org/doc/CP_Unsaf-profession_prete_a_aller%20plus_loin-16.01.2019.pdf

Newsletter

Newsletter

La newsletter Audiologie Demain,

le plus sûr moyen de ne jamais rater les infos essentielles de votre secteur...

Je m'inscris