SFA : s’adapter au 100 % Santé

« En ce mois de décembre, c’est bien à la confluence du Rhône et de la Saône que troubles périphériques et centraux vont converger », écrivait le professeur Hung Thai-Van en préambule du 15e congrès de la Société française d’audiologie. L’événement s’est déroulé à Lyon mi-décembre, et son programme était dicté par la nouvelle nomenclature du 100 % Santé.

Par Bruno Scala
Le 15e congres de la Societe francaise d audiologie SFA etait preside par le Pr Hung Thai Van
Le 15e congrès de la SFA s’est tenu à Lyon. Malgré les conditions particulières dues aux grèves, les congressistes, professionnels de santé et industriels, ont répondu présents.

Le 100 % Santé est sur toutes les lèvres. Et pour cause, la nouvelle nomenclature est entrée en vigueur et avec elle, c’est toute la pratique d’une filière qui doit changer, toute la R&D française qui doit s’adapter.

Vocale dans le bruit

Et cela, le Pr Hung Thai-Van, président de la Société française d’audiologie, l’a évidemment bien compris, d’autant qu’il fait partie de la commission d’experts de la HAS qui a émis des recommandations pour l’élaboration de cette nouvelle nomenclature. Le praticien et chercheur, qui organisait cette 15e édition, avait ainsi concocté un programme focalisé sur ces changements, afin d’y préparer les professionnels du secteur. En présentation du congrès, il indiquait en effet : « Pour être un acteur à part entière de la réforme, il est nécessaire à partir du 1er janvier de savoir pratiquer l’audiométrie vocale dans le bruit, ce qui vous ouvrira de facto le champ du diagnostic des troubles du spectre des neuropathies auditives et des troubles de l’audition centrale. » En effet, le texte de la nouvelle nomenclature prévoit la possibilité de prescrire une aide auditive en cas de détérioration significative de l’audition dans le bruit (écart du RSB au seuil d’intelligibilité de plus de 3 dB par rapport à la norme), alors même que les examens dans le silence (audiométries tonale et vocale) sont normaux. Ainsi, les participants pouvaient assister à neuf ateliers, dont cinq étaient consacrés à l’audiométrie vocale dans le bruit, abordant différents tests.

Côté conférences, le programme était également très riche, oscillant entre recherche fondamentale et applications cliniques. Et recelait de grands noms parmi les conférenciers, dont certains étaient venus de loin, comme le Pr Harvey Dillon (Sydney), ou la Pr Sharon Kujawa (Boston). Le Pr Thai-Van avait également convié le Pr Lionel Collet, conseiller d’État et aux racines lyonnaises, à venir évoquer l’avenir de l’audiologie, d’un point de vue politique notamment (voir les divers articles sur ce sujet dans les pages suivantes).

Tables rondes

Il a également été question de la réforme du 100 % Santé lors des tables rondes, qui ont réuni d’une part les praticiens ORL et d’autre part les industriels. Les premiers se sont interrogés sur leur nouveau rôle à l’aune de la réforme et sur la façon dont ils pourraient être épaulés pour accueillir les nouveaux patients, et en particulier les presbyacousiques. S’il a notamment été question de formation (des médecins généralistes, qui devront suivre une formation en otologie médicale), la Dr Isabelle Mosnier a également relevé le problème de la motivation : « Je discute avec de nombreux généralistes et ils ne sont pas intéressés par l’audition », s’inquiétait-elle. Le panel de praticiens semblait s’accorder pour dire qu’il faut réserver aux médecins généralistes la prise en charge, voire le repérage, de la presbyacousie uniquement. Plusieurs outils ont été mentionnés pour cela (notamment des tests de vocale dans le bruit), comme l’application développée par la Fondation pour l’audition (lire notre article dans Audiologie Demain n°2)

La table ronde des industriels a mis en exergue des problèmes que les législateurs n’avaient visiblement pas envisagés : certains appareils ont dû être retirés du marché français ou modifiés spécialement pour celui-ci afin qu’ils rentrent dans les cases imposées par le système de classe de la nouvelle nomenclature. Comme l’a relevé le panel d’industriels, il est compliqué d’exiger de multinationales d’adapter toute leur chaîne de production pour se plier à la législation d’un marché qui ne représente qu’un faible pourcentage du chiffre d’affaires… fut-il la France.

Offres d'emploiby Audiorecrut

Responsables Audioprothèse

Prévifrance Services Santé

Toutes les offres d'emploi

Newsletter

Newsletter

La newsletter Audiologie Demain,

le plus sûr moyen de ne jamais rater les infos essentielles de votre secteur...

Je m'inscris