Un nouvel ouvrage « précis et axé sur la pratique » des orthophonistes

Surdités de l’enfant et de l’adulte couvre l’ensemble des théories et pratiques actuelles nécessaires aux professionnels de l’orthophonie. Stéphanie Borel, orthophoniste à la Pitié-Salpêtrière, a co-dirigé cet ouvrage moderne et complet. Elle nous expose les raisons qui ont motivé sa rédaction.

Propos recueillis par Laura Huynh Quang et Bruno Scala
surdite de l enfante et de l adulte stephanie borel jacqueline leybaert

À qui s’adresse cet ouvrage et que peut-on y trouver ?

L’ouvrage s’adresse aux étudiants en orthophonie et aux orthophonistes en activité. Tous y trouveront des données et références récentes ; soit pour compléter leurs cours ou réfléchir à la problématique de leur mémoire pour les uns, soit pour mettre à jour et enrichir leur pratique clinique pour les autres. On y trouve 56 fiches consacrées chacune à un sujet précis. Après de brefs rappels généraux sur l’audition, la surdité et l’appareillage, une première partie aborde la prise en charge orthophonique de l’enfant, aussi bien pour l’évaluation que la rééducation. La seconde partie se consacre à la prise en charge de l’adulte.

Les auteurs sont en majorité belges. Est-ce que l’ouvrage s’applique néanmoins aux études françaises ?

Au contraire, le livre s’intègre dans une collection de l’éditeur DeBoeck consacrée à la maquette de formation française des étudiants en orthophonie. Cette formation en 5 ans, au grade master, a été mise en place en 2013 et est dispensée dans les 21 centres de formation universitaires français. Sur les 3 158 heures de cours théoriques, 225 sont consacrées aux troubles de l’audition, réparties en 5 unités d’enseignement allant de la 1re à la 5e année. Le reste de la formation est consacré, entre autres, à la compréhension, l’évaluation et la remédiation des mécanismes cognitifs, langagiers et communicationnels. L’ouvrage s’intéresse particulièrement aux enseignements de pratiques professionnelles des trois dernières années. Sur le même modèle, un ouvrage sur les pathologies neurologiques est déjà sorti en 2018. D’autres sur le langage écrit ou la phonation seront prochainement publiés.

L'ouvrage est codirigé par une auteure française et une auteure belge. La moitié, consacrée à l’adulte, a été rédigée par l’équipe française, avec Emmanuèle Ambert-Dahan et Émilie Ernst. La partie pédiatrique a été écrite par l’équipe du Centre comprendre et parler de Bruxelles.

Dans votre introduction, vous dites avoir choisi la méthode de l’evidence based practice. Quelle(s) autre(s) option(s) étaient possibles ?

Certains ouvrages relatent l’expérience clinique de l’auteur sans recours systématique aux références issues de la littérature scientifique, ou sont des recueils d’exercices. La pratique fondée sur les preuves est la vision moderne du soin. C’est pour cette raison que nous avons fait ce choix. Nous tentons de l’intégrer autant que possible dans notre démarche de rééducation. Nous formons aussi nos étudiants dans ce sens. Même si l’expérience clinique compte énormément, réduire l’incertitude dans le processus de décision thérapeutique en s’appuyant sur des données objectives issues de la recherche semble une bonne voie pour l’amélioration de nos pratiques et, plus généralement, de notre profession.

Les références bibliographiques sont nombreuses et récentes. Y a-t-il eu, au cours des dernières années, des avancées importantes qui encouragent les orthophonistes à revoir leurs pratiques ?

Oui, il y a de nouveaux enjeux. Par exemple, pour la prise en charge de l’adulte, les liens entre audition et cognition et l’élargissement des axes de rééducation, comme l’entraînement dans le bruit, en voix concurrentes, au téléphone... Certains points n’avaient pas été abordés jusqu’alors dans un ouvrage francophone, comme la rééducation orthophonique des surdités unilatérales, des patients implantés du tronc cérébral ou encore des patients dont le français n’est pas la langue maternelle. En France, on compte environ 27 000 orthophonistes.

Sait-on combien prennent en charge des patients sourds ou malentendants ?

Dans la mesure où il n’y a pas de spécialités en orthophonie, il n’existe pas de répertoire d’orthophonistes par spécialité. Cette donnée n’est donc pas disponible. Par principe, tous les orthophonistes ont suivi une formation identique, donc tous peuvent prendre en charge des patients sourds ou malentendants. Cependant, toutes et tous ne se sentent pas toujours à l’aise. Nous espérons que cet ouvrage très précis les aidera à les guider avec leurs premiers patients.

Surdités de l’enfant et de l’adulte, Stéphanie Borel et Jacqueline Leybaert, DeBoeck.

Offres d'emploiby Audiorecrut

Toutes les offres d'emploi

Newsletter

Newsletter

La newsletter Audiologie Demain,

le plus sûr moyen de ne jamais rater les infos essentielles de votre secteur...

Je m'inscris