12 Juillet 2022

Première remise de diplômes sous le signe de l’émotion à l’école d’audioprothèse d’Évreux

Le lundi 11 juillet marquait la fin d’une étape pour la première promotion de l’école d’audioprothèse d’Évreux, et le début d’une nouvelle. Les étudiants et l’équipe pédagogique ont tenu à célébrer l'événement en bonne et due forme et ont profité de l'occasion pour dresser un bilan de ces trois dernières années.

Par Laura Huynh Quang
Evreux
Première promotion à l'école d'audioprothèse d'Évreux.

L’émotion était palpable au sein de l’Institut de la Musse cet après-midi du lundi 11 juillet... C’est avec fierté que Catherine Palladitcheff, directrice de l’Hôpital de La Musse, a félicité les jeunes diplômés de la première promotion de l’école d’audioprothèse d’Évreux. La remise des diplômes se tenait dans les locaux de l’école, à Saint-Sébastien-de-Morsent, dans l’Eure (à quelques kilomètres d’Évreux). En effet, les 29 étudiants présents (tous ayant obtenu le diplôme), ont intégré l’école à son ouverture, en 2019, et ont ainsi fini leur formation trois ans plus tard. « C’est l’aboutissement d’un défi, celui de créer cette nouvelle école d’audioprothèse, a commenté la directrice, qui avait défendu ce projet bec et ongles, face à la levée de boucliers qu’il avait suscitée. Nous avions pour ambition de faire de cet établissement un modèle d’excellence, nous avons réussi. »

La cérémonie s’est poursuivie avec le discours de Frédéric Rouan, audioprothésiste et directeur de l’enseignement : « Il va falloir que vous soyez de vrais professionnels, indépendants, au service des patients, a-t-il conseillé aux jeunes diplômés. Nous avons cherché à faire de vous des audioprothésistes qui réfléchissent à leurs pratiques. » Le responsable pédagogique et docteur en physiologie, Houssaine Boujedaini, a également tenu à partager son bilan, teinté d’émotion : « Nous avons passé trois années remplies de joies, tout en vous formant avec exigence. Lors de la création de l’école, en 2019, certains membres du secteur s’inquiétaient de notre école. Nous, nous voulions être les meilleurs ».

Défis relevés

La résilience fut en quelque sorte le maître mot de cette cérémonie de remise de diplômes : le corps enseignant n’a cessé de rappeler que l’école d’audioprothèse d’Évreux a su relever les défis, malgré les controverses (lire notre article Une école de trop ?) et une pandémie. Marc Greco, délégué général du Synam, était également présent. Soutien de la première heure (La Musse appartient à la Renaissance Sanitaire, une fondation dirigée par des mutuelles), il a félicité les nouveaux audioprothésistes et les a fortement encouragés à, à leur tour, prendre en stage les étudiants. Frédéric Rouan s’est avoué très satisfait du premier bilan de l’école, n’omettant pas au passage quelques allusions aux critiques essuyées les trois dernières années et notamment la récente polémique concernant l’apprentissage comme voie d’accès au DE d’audioprothèse qui a opposé le CNA aux écoles d’Évreux et de Montpellier, les deux seuls établissements à le proposer. « Nous avons eu de nombreux intervenants, nos étudiants n’ont pas eu de difficulté à trouver des stages ou des entreprises pour les accueillir en apprentissage », a insisté le directeur de l’enseignement. En 2019, le CNA s’était en effet opposé à l’ouverture de cette école avançant notamment qu’elle manquerait de terrains de stages.

Spécialités normandes

L’école d’audioprothèse d’Évreux propose aux étudiants de deuxième et troisième années de suivre leur formation par la voie de l’apprentissage (comme l’école de Montpellier). Sur 80 étudiants, 20 ont fait ce choix.
Autre spécificité de l’école d’Évreux : Frédéric Rouan, son directeur de l’enseignement, est parvenu à délivrer le grade licence (et les 180 ECTS nécessaires) aux diplômés de son école. Un sésame leur permettant de poursuivre, s’ils le souhaitent, leurs études, en France ou à l’étranger.

Étudiant satisfaits

Vêtus de la tenue traditionnelle américaine des diplômés, les étudiants semblaient eux aussi émus d’achever leur formation en ce début d’été. La plupart d’entre eux n’ont pas à s’inquiéter de leur entrée dans la vie active. Sârra, par exemple, qui loue la qualité du suivi de l’équipe pédagogique, exercera dans un centre Écouter Voir dans le Sud, d’où elle est originaire. Margaux, quant à elle, continue l’aventure avec Écouter Voir, enseigne dans laquelle elle exerçait en tant qu’apprentie ; un système qu’elle dit avoir apprécié et qui lui a permis de gagner en confiance et en pratique. Allison, ancienne opticienne, appréhendait d’intégrer une nouvelle école, et le manque d’intervenants potentiels. Totalement rassurée, elle a obtenu un poste chez Optical Center, dans le centre où elle a suivi son apprentissage. Sacha et Lucie ont testé plusieurs enseignes, et ce sera Amplifon qui les accueillera dans quelques semaines. À peine diplômés, aussitôt recrutés... 29 nouveaux diplômés d'État en audioprothèse viennent ainsi étoffer les rangs sur le terrain.

Newsletter

Newsletter

La newsletter Audiologie Demain,

le plus sûr moyen de ne jamais rater les infos essentielles de votre secteur...

Je m'inscris