12 février 2021

Une pétition pour le libre choix de classe d’aide auditive

L'audioprothésiste Morgan Potier a déposé une pétition sur la plate-forme de l'Assemblée nationale. Sa revendication : un remboursement identique de la part des complémentaires santé, pour les aides auditives de classe I et de classe II.

Par Bruno Scala et Laura Huynh Quang
main en air petition

Fin janvier, l’audioprothésiste Morgan Potier a déposé une pétition sur la plate-forme web dédiée de l’Assemblée Nationale. Intitulée « Pour le libre choix de la classe de son audioprothèse », elle vise à garantir aux patients la liberté de choisir entre une aide auditive de classe I ou II sans pénalité financière. Pour cela, l’audioprothésiste demande aux complémentaires santé « de respecter leurs engagements » et « de ne pas entraver la loi du 100 % Santé en préservant le libre choix des patients et en garantissant un remboursement minimal équivalent, quel que soit la classe d’appareil auditif choisi par le malentendant. »

« Je ne suis pas très à l’aise avec ce genre de prise de position un peu politique, mais j’assume, a commenté Morgan Potier. Je pense que cette démarche est juste et qu’elle œuvre pour le bien du patient. J’ai reçu certains patients dans mon centre dont les remboursements complémentaires pour les appareils de classe II ont baissé en 2021. »

Un mois après la mise en application de la réforme du 100 % Santé, des professionnels du secteur de l’audition dénoncent les pratiques de certaines complémentaires, qui ont fait le choix de baisser le niveau de remboursement des appareils de classe 2, augmentant ainsi le reste à charge du patient (Lire notre article Les complémentaires jouent-elles le jeu du 100 % Santé ?). Le prix de l’aide auditive devient alors une contrainte à prendre en compte pour le patient. 

« Le grand public doit se sentir concerné »

La pétition insiste sur l’importance de rendre accessible les appareils de classe 2, ceux-ci possédant des caractéristiques techniques plus avancées, et parfois indispensables pour les patients atteints de certaines pathologies, comme une perte auditive ancienne ou complexe, ou bien des acouphènes gênants. Les signataires déplorent qu’une « avancée majeure en matière de soin auditif » pour tous les patients, même les plus modestes, soit gâchée par une stratégie économique des complémentaires santé en défaveur de leurs adhérents (Lire notre article 100 % Santé : deux classes, deux vitesse ?).

Si cette pétition atteint les 100 000 signataires, un député-rapporteur sera chargé de décider si le texte pourra être examiné au cours d’un débat faisant l’objet d’un rapport parlementaire. À l’inverse, la pétition pourra être classée.

On comptait environ 500 signatures au 12 février. Le SDA et la Fnéa notamment, qui s'étaient déjà agacés des pratiques des complémentaires, ont relayé la pétition sur les réseaux sociaux. « Je suis content de voir que la pétition commence à circuler et que le nombre de signatures augmente, a réagi Morgan Potier. Mais il faut qu’elle dépasse le milieu des professionnels de santé et que les patients – et notamment les associations de sourds et malentendants – s’en emparent. » Un souhait qui se réalise puisque la pétition est relayée sur le site de l'Unapeda. Et d'ajouter : « Même au-delà : le grand public doit se sentir concerné. Aujourd’hui, il est question des aides auditives, mais demain, peut-être que d’autres soins seront impactés, et c’est inacceptable. »

Newsletter

Newsletter

La newsletter Audiologie Demain,

le plus sûr moyen de ne jamais rater les infos essentielles de votre secteur...

Je m'inscris