(c)AdobeStock_M Studio

100 % Santé, musique… L’audition au cœur de La Semaine du son

Christian Hugonnet Au lendemain de la 18e Semaine du son, nous recueillons déjà les fruits de notre détermination désormais partagée avec l’Unesco, celle de développer auprès du public et des élus une maîtrise indispensable de notre environnement sonore. En effet, la pandémie que nous traversons semble nous donner raison : à distance, en télétravail ou dans le respect des « gestes barrière », le sonore demeure l’un des maillons essentiels de notre communication, de notre relation à l’autre, de notre écoute de l’autre et, donc, de notre identité. Le son participe d’ores et déjà à cette redistribution des cartes de « l’après Covid » qui maintiendra demain notre équilibre collectif et individuel. Parmi les thèmes novateurs de cette édition, le démarrage historique d’une prise en charge à 100 % des aides auditives doit être compris comme une reconnaissance indiscutable de l’importance sanitaire du « bien entendre » et un hommage au rôle déterminant de l’audioprothésiste, professionnel de santé à part entière. Nous avons par ailleurs décidé de lancer avec les Prs Paul Avan et Christine Petit, une étude expérimentale sur les dangers pour l'audition de la musique dite « compressée ». Enfin, de l’Unesco à l’OMS , il n’y avait qu’un pas à franchir. La Dr Shelly Chadha, responsable du programme de prévention de la surdité et de la déficience auditive est ainsi devenue une fidèle partenaire. À son initiative, ce sont des dizaines d’associations et d’ONG qui se réunissent désormais deux fois par an à Genève afin de promouvoir la noble cause de l’audiologie et d’organiser chaque année les thèmes fédérateurs de la Journée mondiale de l’audition du 3 mars.

Par Christian Hugonnet
Président de La Semaine du son
Ingénieur en acoustique

Newsletter

Newsletter

La newsletter Audiologie Demain,

le plus sûr moyen de ne jamais rater les infos essentielles de votre secteur...

Je m'inscris