Les Ateliers de stimulation auditivo-cognitive

S’il est des personnes qui peuvent bénéficier d’exercices de stimulation auditive et cognitive, ce sont les seniors. Les membres des Laboratoires d’audiologie Renard ont conçu des ateliers de stimulation auditivo-cognitive qu’ils proposent dans les Ehpad.

Par Jérôme André1, Anastasia Hénin1, Anaïs Leroy1, Alexandre Vallier1
femme ageee fauteil roulant tablette

Le fonctionnement cortical dépend d’une organisation de base génétiquement déterminée et des interactions que l’individu peut nouer avec son environnement. Or, le vieillissement impacte fortement ce second aspect puisqu’il s’accompagne d’une réorganisation des cartes corticales (le volume du cerveau évolue, le rapport entre les quantités de substance blanche et de substance grise se modifie et les profils métaboliques changent) associée à une diminution des capacités neurosensorielles et notamment auditives. Et ce, tant au niveau périphérique qu’au niveau central, avec une réorganisation de la répartition tonotopique.

La prévalence de ces troubles – deux tiers des personnes de plus 70 ans2 – et leurs conséquences sur le plan thymique3 et fonctionnel avec la mise en évidence d’un lien entre la sévérité de la perte auditive et le déclin cognitif4, en font un véritable enjeu de santé publique. Bien vieillir suppose donc le maintien des capacités sensorielles et cognitives. Dans les Ehpad, l’occurrence des troubles auditifs est importante compte tenu de l’âge de la population qui y réside. Une situation qui nécessite la mise en place d’un repérage de ces troubles et leur réhabilitation auditive si besoin. L’appareillage auditif doit être adapté, porté en permanence et il doit faire l’objet d’un suivi audioprothétique régulier et d’une implication des équipes soignantes dans le cadre du projet de soins individualisé.

Même si ces conditions sont réunies, il est important que la personne appareillée bénéficie le plus régulièrement possible de stimulations auditives pertinentes et régulières pour maximiser le bénéfice de l’appareillage. En complément des situations naturelles de communication au sein de leur Ehpad, il peut être intéressant de faire bénéficier les résidents d’un outil de stimulation auditive.

C’est à partir de ce postulat qu’en 2018, les Laboratoires d’Audiologie Renard ont décidé de créer les Ateliers de stimulation auditive pour personnes en Ehpad (Asape). À l’origine, cet outil proposait une stimulation des opérations qui permettent le décodage du son, dans le but de recréer l’interaction sociale en générant les conditions propices à son renforcement.

Audition et cognition étant extrêmement intriquées dans le domaine du langage, et plus généralement de la communication, nous avons, en lien avec les établissements dans lesquels il est utilisé, fait évoluer l’outil vers une stimulation plus globale. Les Asape sont ainsi devenus les Ateliers de stimulation auditivo-cognitive (Asac).

Qu’est-ce que les Asac ?

C’est un outil ludique qui a pour but de contribuer à prévenir les troubles auditivo-cognitifs liés à l’âge et/ou aux maladies neurodégénératives grâce à la stimulation de la neuroplasticité résiduelle. La finalité étant de permettre l’amélioration de la qualité de vie des résidents (et de leur entourage) grâce à l’optimisation de leurs capacités communicatives et au maintien de leur autonomie.

Les Asac ont été pensés dans une approche interdisciplinaire intégrant médecins, professionnels de santé, soignants, aidants... Et, ils ont été développés au sein des laboratoires d’audiologie Renard par une équipe comprenant des audioprothésistes, un orthophoniste, un orthoptiste, un développeur informatique et une aide-soignante.

Ils se présentent sous la forme d’une application web qui nécessite un ordinateur connecté à Internet et relié à un écran de télé ou à un vidéoprojecteur.

À qui s’adresse l’outil ?

Mis à disposition de toutes les structures engagées dans le cadre du Service d’aide aux malentendants institutionnalisés ou dépendants (Samid) des Laboratoires d’Audiologie Renard, les Asac permettent aux établissements de disposer d’un outil pour réaliser à leur guise des ateliers proposés sous forme d’animations collectives ou individuelles.

Les Asac ont été élaborés à partir des dernières avancées scientifiques5,6,7 sur le fonctionnement de la mémoire, le rôle de l’attention, l’importance de la musique comme vecteur de plasticité cérébrale…

Ils ne se substituent pas aux autres prises en charge médicale ou paramédicale (orthophonique, audioprothétique, neuro-psychologique…) mais viennent les compléter.

Sollicitant à la fois les aspects auditifs et cognitifs, le matériel présente un fonctionnement modulaire permettant à l’animateur de définir le contenu de l’atelier, le degré de complexité des exercices suivant la population qu’il est amené à accueillir ainsi que le timing des utilisations. Certaines structures proposent des ateliers collectifs à heure fixe de manière hebdomadaire, d’autres de manière plus fréquente ou plus ponctuelle. D’autres encore, préfèrent une utilisation individuelle à partir de tablettes.

Sur le plan ergonomique, les Asac disposent d’une interface épurée et intuitive, ce qui facilite le travail de l’animateur qui peut toutefois être formé à l’utilisation du matériel en situation réelle ou dans le cadre d’une formation à distance de type webinaire.

Graph 1

Le contenu des Asac

Il existe deux types de processus qui permettent de comprendre le message en passant d’une réalité physique (un stimulus auditif) à une réalité psychologique (un concept).

La première phase de cette transformation consiste en une conversion des indices acoustiques en indices neuronaux qui amèneront l’auditeur à obtenir une représentation phonémique du message.

Puis des opérations de haut niveau cognitif permettront de se créer une représentation linguistique qui sera intégrée aux connaissances culturelles et à la situation d’énonciation pour aboutir à une représentation conceptuelle du message. Pour travailler les aspects auditifs, les Asac proposent :

  • Des exercices d’identification de bruits de l’environnement en listes ouvertes ou en listes fermées (à 3 niveaux de difficultés).
  • Des exercices d’identification de mots ou de phrases (phonétiquement proches) en milieu calme ou en milieu bruyant.
  • Des exercices de reconnaissance de voix de personnalités (acteurs, journalistes, hommes politiques…).
  • Un module spécial consacré aux stimulations musicales : En effet, la musique coordonne l’activité de nombreux circuits cérébraux liés à des expériences cognitives et affectives très importantes pour réveiller la mémoire (même chez les personnes aux stades avancés de la maladie d’Alzheimer). Celui-ci comprend l’identification d’instruments, d’interprètes, de génériques télévisuels, la comparaison de mélodies variant suivant la hauteur, l’intensité ou la durée de certaines notes…

Exemple d’exercices auditifs proposés en liste fermée
Exemple d’exercices auditifs proposés en liste fermée

Comprendre le message de son interlocuteur ne se résume pas à effectuer une analyse pertinente du signal auditif, cela suppose aussi l’activation de processus cognitifs connexes comme :

  • l’attention,
  • la mémoire (mémoire de travail, mémoire auditive, mémoire sémantique, mémoire eidétique),
  • les fonctions langagières (organisation des réseaux lexicaux, fluence verbale, structuration sémantique…),
  • le raisonnement,
  • les fonctions exécutives (organisation/planification, inhibition, flexibilité mentale, jugement).

De ce fait, les Asac intègrent également une trentaine de types d’exercices permettant de stimuler ces mécanismes.

Expériences d’utilisation

Utilisés régulièrement dans des établissements d’hébergement depuis mars 2019, les Asac font l’objet d’analyse et de retours d’expérience ce qui nous permet d’implémenter des évolutions suivant les retours des utilisateurs. Ainsi, dans le cadre d’un mémoire d’audioprothèse, M. Lepoutre (2019) a analysé une série de questionnaires sur la manière dont les résidents et les animateurs de huit établissements d’hébergement avaient perçus les Asac et leurs apports8. Les résultats montrent que 85 % des résidents ressentent beaucoup ou énormément de plaisir à participer à ces ateliers. Ils sont la même proportion à les recommander à d’autres résidents. De plus, ils jugent que cela contribue à la cohésion de groupe, à l’éveil de la pensée et de l’esprit, à l’activation de la mémoire et tout cela, dans un contexte distrayant.

Dans le cadre de cette étude, un suivi longitudinal de 13 patients appareillés âgés de 92,85 ans (+/- 3.58) sur 8 semaines a également montré une amélioration de 20 % de l’identification de stimuli sonores et une augmentation de la qualité de vie (mesurée à l’aide de la WHOQOLBRE F) pouvant aller jusqu’à 17,25 %. Concernant l’appréciation des animateurs, les résultats montrent que l’outil rend les résidents plus actifs, qu’il leur est bénéfique et que les conditions de réalisation des ateliers sont adaptées aux situations des résidents et aux équipements des structures.

Graph 3

En guise de conclusion

Le cerveau est un organe d’une extraordinaire plasticité qui remodèle sans cesse ses connexions neuronales et, ceci, d’autant plus qu’on le sollicite régulièrement et de manière variée. Les Asac contribuent, en proposant des activités plaisantes et ludiques, à maintenir cette mécanique pour garder alerte et fonctionnel le cerveau des personnes âgées.

Offres d'emploiby Audiorecrut

Toutes les offres d'emploi

Newsletter

Newsletter

La newsletter Audiologie Demain,

le plus sûr moyen de ne jamais rater les infos essentielles de votre secteur...

Je m'inscris