"Les musiciens ont peur de parler de leur audition"

Depuis 9 ans, Jean-Yves Paquelet fait le tour de France des écoles de musique pour sensibiliser élèves et enseignants aux troubles de l’audition. Près de 50 000 personnes bénéficient chaque année des actions de prévention de ce musicien, missionné par l’association AuditionSolidarité !

Propose recueillis par Bruno Scala
paquelet sonometre musicien saxophone prevention auditionsolidarite

Les musiciens sont-ils bien informés des risques auditifs inhérents à leur pratique ?

De manière générale, non. Jusqu’à ce qu’on vienne leur parler ! Il n’y a rien de prévu, dans leur cursus de musicien, pour aborder cette thématique – je suis bien placé pour le savoir (Jean-Yves Paquelet a dirigé une école de musique pendant 24 ans, NDLR). Les musiciens ont peur de parler de leurs oreilles. Quand ils finissent par le faire, c’est qu’il y a un souci. Et ils sont souvent fatalistes : ils se disent que c’est normal, qu’ils vieillissent...

Votre action a-t-elle un impact sur ces personnes ?

Absolument. Tout d’abord, ces actions ouvrent le dialogue. Les gens se mettent à parler de leurs problèmes. Ils en prennent conscience. Par exemple, suite à mon passage au Conservatoire national supérieur de musique de Paris en 2011, la direction a décidé de me faire intervenir lors de chaque rentrée, auprès des nouveaux arrivants. Le problème, c’est que ces musiciens ont déjà des milliers d’heures de pratique derrière eux, comme les professeurs. Le plus important, c’est de faire passer le message auprès des enfants, qui sont en outre plus réceptifs. Moi-même, j’ai pris conscience de l’importance de ces actions suite à l’intervention, en 2008, de Carole Ercole (co-fondatrice de l’association AuditionSolidarité, NDLR) dans mon école de musique.

Avez-vous observé une évolution au cours de cette dernière décennie ?

Lorsque je réalise une action de prévention, je demande systématiquement à mon auditoire si certains souffrent de fatigue auditive, à savoir des sifflements ou bourdonnements temporaires. Il y a 10 ans, je dirais qu’environ 3 personnes sur 10 levaient la main. Maintenant, on est plutôt à 8 sur 10 ! Ce n’est pas uniquement à cause de la pratique musicale. Ces musiciens, comme tout le monde, vivent dans un environnement bruyant, écoutent beaucoup de musique au casque… Leur pratique musicale, sans protection, n’arrange rien.

Qui finance vos actions ?

Les pouvoirs publics sont-ils impliqués ? Les financements proviennent d’une part de nos mécènes, et d’autre part du ministère de la Santé, de Santé Publique France et d’Agences régionales de santé (ARS ). Cela permet aussi de ne pas proposer uniquement des missions ponctuelles, mais de laisser une trace, au travers de nos affiches, prospectus, T-shirts, etc. pour que l’action de prévention perdure et rayonne.

Offres d'emploiby Audiorecrut

Toutes les offres d'emploi

Newsletter

Newsletter

La newsletter Audiologie Demain,

le plus sûr moyen de ne jamais rater les infos essentielles de votre secteur...

Je m'inscris